Partie du Vendredi 29 Novembre 2019 - 7 ET 8

Souhaitez-vous jouer la partie ?

123456789101112131415
123456789101112131415
  Coup 1  
Tirage Mot Réf. Points Cumul
1 CLHOELEP

2 UAAISSEE

PELLOCHE

H 1

171

3 E+OUDNVRK

PAISSEAU

1H

83

254

4 DNV+IRUCE

COKEUR

6H

37

291

5 N+ITBTEUB

DÉCUIVRE

K 5

106

397

6 B+ONRRIES

BRUITENT

M 5

62

459

7 ?YXEEEOT

RIBLERONS

3E

105

564

8 EEY+LSHEE

(D)ÉTOX*

2B

99

663

9 EEEH+GDAF

LYSE

9F

40

703

10 EGH+AFPNQ

FADÉE

13G

30

733

11 -AAFNLVOO

PHAGE

H11

45

778

12 OOV+MIDAI

FLÂNA

10B

22

800

13 OV+UWE?MS

DAÏMIO

8A

33

833

14 W+UTTANGA

MO(R)VEUSE

15A

95

928

15 AAGNTT+RI

WU

1A

34

962

16 AITT+TREN

RUGINA

8J

27

989

17 SMAZLEQI

NATTERAIT

O 7

105

1094

18 ALQ+JN

SEMIEZ

C 1

44

1138

JAÏN

4A

38

1176

Top : 1176 points en 18 coups.

Ce vendredi, Catherine a tiré une partie 7 et 8, pour changer des parties tristounettes du vendredi soir (et du mercredi, quand c’est Francis qui tire 😉 ) ! Les 7 joueurs présents pourront vous confirmer que le changement, c’était bien hier et que la promesse d’une partie explosive a bien été tenue !

Dès le premier coup, c’est la bérézina pour 6 joueurs ! Colette, Cécile et Dominique perdent au moins 137 points sur le top, en ne scrabblant pas ! Marie-Jeanne, Linette et Claudine trouvent le seul scrabble en 7 lettres, PELOCHE pour 86 points. Franck est le seul à avoir un flash en jouant l’autre orthographe, PELLOCHE (pellicule photo), pour … 171 points. Au coup 2, les Berry sont les seuls à scrabbler, Claudine avec SAULAIES pour 66 points et Franck avec AISSEAU (planchette mince utilisée dans la couverture des toits) pour 75 points, soit 8 points de moins que le top PAISSEAU (échalas, pieu pour soutenir la vigne, plus d’infos en fin d’article). Au coup 4, DECUIVRE, en quadruple, est un solo de Franck, gagnant 14 points sur Claudine et Marie-Jeanne (INCURVEE) et 20 points sur Cécile (ENDURCIE). Au coup suivant, les joueurs ne se BITURENT pas mais Marie-Jeanne, Claudine et Franck BRUITENT pour 2 points de plus. Séquence souvenir :  Tours – Partie 3 – coup 17 (c’est ICI). En ce temps-là (avant 2016), BORNIERS (dispositifs servant au raccordement de câbles électriques) n’avait pas d’anagramme mais un an plus tard, on pouvait jouer BRIERONS (de la Brière). Au coup 6, BRIERONS et BORNIERS ne perdent que 2 points sur RIBLERONS, joué par Franck. Colette, Cécile, Dominique et Claudine ont posé des 7 lettres (SORBIER, BILERONS, etc), permettant de ne perdre « que » 30 points sur le top. Au coup 7, il est relativement simple de marquer 64 ou 67 points avec EX ou EXO. On peut gagner quelques points avec FOXEE. Franck est le seul à scrabbler avec OXYDERENT (joker D), en double-appui sur R_N … mais ce n’est que le sous-top perdant 23 points sur DETOX ! S’ensuit une suite de petits coups dont PHAGE (= bactériophage), solo de bibi, et  DAIMIO (= DAIMYO, aristocrate de l’ancien Japon). solo de l’ordi. La MORVEUSE, du coup 13, réveille Claudine et Franck, les autres joueurs prenant leur mouchoir, en encaissant – 55 ! Le coup 15 est frustrant car le trinôme GARANTITGRANITATGRATINAT ne peut se loger et on ne pose même pas 7 lettres : Claudine en profite pour y aller de son petit solo avec RUGINA, en double-appui sur U_I, pendant que Dominique URINA, à la même place (chacun son occupation). Au coup 16, on pose le dernier 8 lettres, NATTERAIT (duo de Claudine et Franck), gagnant 19 points sur ATTIRANTE  (duo de Coco et Cécé), comme la table préparée, mercredi, par les 2 protagonistes 😉 !

La partie se termine tranquillement avec SEMIEZ (pas de place pour SLAMIEZ ou MEZAILS, visières mobiles de casques au Moyen-âge) suivi de JAIN.

Ajout sur les PAISSEAUX : piquets de vigne retirés du sol en hiver et mis en faisceaux (en forme de V) au milieu de la vigne pour être replantés au printemps suivant, comme le montrent certaines gravures. Ils servaient à « marriner » ou « meriner » la vigne, c’est-à-dire à la planter. Les piquets étaient plantés en  foule, sans règle particulière, ou en quinconce et proches les uns des autres, ce qui ne permettait pas le passage d’attelages. Ce travail entièrement manuel était effectué par les employés, solution onéreuse pour les propriétaires. Mais les producteurs se sont rendus compte par la suite que le rendement avec cette méthode était meilleur que par le treillage. Pour protéger les échalas, lorsqu’ils étaient retirés à l’automne, on les ébouillantait pendant 20 minutes ou on appliquait du sulfate de cuivre, et on les recouvrait de chaux. Etaient aussi fabriqués en bois, les hottes, les barillets, les tonnelets, les vaisseaux (petits récipients), les attelages pour les bœufs qui transportaient le raisin vendangé vers les fermes. (source : https://www.amis-mediadole.fr/textes-et-documents/de-la-foret-a-la-vigne-de-la-foret-a-la-cave/)

Attention, « marriner » et « meriner » ne sont pas jouables au scrabble contrairement aux MERRAINS (bois servant à faire les douves des tonneaux)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *