Oui, oui, les solutions arrivent …

Cécile a envoyé le petit texte suivant :

LE VOYAGE DU MOINEAU

Au cours de son voyage, le MOINEAU survola une MALOUINE demandant à l’AUMONIER si, malgré le confinement, elle pouvait aller prier à la chapelle pour une jeune ROUMAINE rencontrée la veille au centre de Saint-Malo qui avait dû fuir une société quelque peu ANOMIQUE.

Il partit ensuite vers la zone industrielle, ici les NOYAUTEUR(S) de la fonderie étaient en pause, un peu plus loin, les ouvrières de la filature avaient terminé l’ENSIMAGE des fibres pour faciliter leur filature, elles prenaient l’air pour éliminer la MAGNESIE respirée dans leur atelier.

Au-dessus de lui planait un EMOUCHET au plumage moucheté (adjectif dérivé du verbe MOUCHETER) qui tout en surveillant sa proie se méfiait du chasseur à la lame émouchetée (adjectif dérivé du verbe EMOUCHETER).

Plus loin, il salua un VERDIER contemplant un navire en train de DEVIRER pour se laisser ensuite DERIVER sur le flot REVERDI de la mer calmée. Le marin à bord semblait boire les eaux turbides d’une carafe DISTORDUE.

Son vol croisa celui d’un GORGEBLEUE qui JABOTAIT (JABOTER) à l’adresse d’une GORGERETTE. Le TOURACO, séduit par ce piaillement évita de justesse le VAUTOUR qui lorgnait dangereusement vers lui.

Hélas, le petit MOINEAU s’est posé et n’a pas décollé de nouveau donc je vous donne les autres réponses apportées par Christine (en paire avec Gérard), Catherine, Claudine et Denise. Allez, encore un effort, petit moineau …

Le moineau rassembla ses forces et quitta sa PENSION pour aller se poser sur des saponaires, appelées aussi « plantes à savon » puisqu’elles contiennent des molécules de SAPONINE (pour se protéger contre les insectes et les maladies), lesquelles ont la propriété de faire mousser l’eau.

L’oiseau n’a pas à se méfier de la saponaire contrairement aux hommes, car si cette plante est conseillée pour ses propriétés expectorantes et dépuratives, elle devient toxique à trop haute dose, pouvant déclencher la venue d’OPSONINE (anticorps chargé de marquer une cellule cible, pour que celle-ci soit éliminée).

Avant de retourner se reposer (il le mérite bien avec ce que lui a fait subir Cécile …), le moineau aura eu le temps d’entendre un jars JARGONNER (logique) et un merle, un geai ou un étourneau JASER (moins logique 😉 ).

N.B : J’attendais le TOURACO avec le VAUTOUR mais plusieurs d’entre vous ont proposé les AUTOURS (nom donné à 31 espèces d’oiseaux), réponse parfaitement acceptable (et donc acceptée …) puisque c’est bien un mot de 7 lettres désignant un oiseau et contenant le mot TOUR. Bravo pour cette trouvaille (et plus largement à tous les participants) et en récompense, je vous mets une photo de l’AUTOUR des palombes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *