TH3 de Périgueux (Dimanche 2 Juillet 2017)

Le lendemain (j’imagine que vous avez déjà lu nos péripéties de la veille), nous avons été renforcés (on parle du nombre de joueurs, évidemment) par l’arrivée de 6 joueuses du club : Cécile et Christine, qui avaient été accompagnées par Gérard et le petit Nao (qui dira à sa granny « mais, tu fais que jouer au scrabble » !) ainsi que Colette, Jocelyne, Nicole et Denise.

En partant de l’hôtel, nous avons loupé la bonne direction … Franck, toujours optimiste, a continué un peu son chemin. Bon, quand on a vu qu’on quittait la ville et que le seul panneau était « Bordeaux », on a rebroussé chemin, pour arriver à la salle à … 9 h 50 (35 minutes pour les 4 km qui séparent Boulazac de la salle, pas mal !)

Sur les tables, la bouteille de bergerac avait été remplacée par un paquet de cerneaux de noix grillés. Jean, seul SN1, était le favori logique (il avait prouvé la veille qu’il restait redoutable) mais il devait se méfier des mêmes SN2, cités dans le dernier compte rendu (Michel, en moins, retenu à l’arbitrage) mais aussi de … Claudine, médaille d’argent le samedi (allait-elle, encore, une fois menacer Jean et battre tous les SN2 présents ?)

Allez, on essaie de se concentrer, ce qui n’est pas facile en démarrant, immédiatement 🙂 !

Partie 1 – tirée par Gérard Dumet – 21 coups – top : 893

Gérard va permettre à Jean de prendre le commandement du tournoi, sur une partie qui comportera quelques scrabbles sélectifs, comme le dernier qui freinera les ardeurs de nombreux prétendants.

Coup 1 : FEULE (verbe intransitif, attention) est logiquement préféré à FELLE (= FELE, tube de verrier).

Coup 2 : Cécile m’a dit qu’elle avait vu très rapidement le scrabble. A la première sonnerie, je m’apprête à jouer EXERCAS ou EXECRAS, et tout d’un coup, je forme -ERAS et voit COXERAS. J’ai juste le temps de le placer au bout de FEULE, sans avoir le temps de le compter : coup de bol, c’est le top (+ 40 sur EXCUSA)

Coup 4 : Jean ne voit pas le top KIVA et joue le superbe sous-top TEKNIVAL (en double-appui sur E_N) qui ne triple pas (hélas pour lui … et heureusement pour la grande majorité des joueurs).

Coup 6 : Franck se refuse MITAGE, pour 2 points. L’ancienne mairesse de Champniers et son adjointe, Cécile et Christine, m’expliqueront que le MITAGE n’a rien à voir avec les sales bêtes qui trouent les vêtements mais que cela désigne l’éparpillement anarchique de constructions, qui n’est pas bien vu par tout le monde …

Coup 9 : Claudine tente « mane » alors que seuls MANES (âmes des morts) et MANNE sont valables. Il fallait prolonger MAN en MANA (puissance surnaturelle dans certaines religions polynésiennes) pour trouver le top. Sur ce coup, Franck (qui a enseigné au collège de Rouillac) se refuse, à juste titre, « palène », nom de la salle de spectacles de Rouillac, plus connue sous le nom de « 27 » (comme le jour de la fameuse foire … de Rouillac).

Coup 10 : Grand prince, je ne donnerai pas les noms de celles qui ont joué BONDIR … en gardant le L, en mains (elles ne sont pas toutes blondes !)

Coup 11 : Que dire de celles qui ont joué SOUPAI et qui avait l’R … chagrin, quand on a annoncé SOUPIRA pour 91 points ?

Coup 12 : Dans les premières tables, c’est le premier coup sélectif. S’il est facile de trouver un scrabble à 68 points (une vingtaine de possibilités), il est aussi aisé de perdre 26 points sur les quadruples. Pour toper, il faut s’appuyer sur IF déjà posé. Il y a 4 possibilités : SALIFERES (qui renferme du sel), LEGIFERAS, LANIFERES (= LANIGERES, couverts d’un duvet laineux) et RECIFALES (relatives aux récifs).

Coup 13 : Franck se lamente de ne pas avoir de E pour EMBUGNER (dans le Midi, cabosser) jusqu’à ce que Jean, le Toulousain, lui demande : t’avais vu sur lettre chère ???? Non, je n’avais pas vu les RUGBYMEN qui auraient sacrément embugné mon négatif (- 3, à ce niveau)

Coup 15 : Ca ne pouvait pas durer ! Le tirage « OOE?RNN » et il y a un U (mais il faut terminer par un E !) Jean et Claudine sont les seuls (parmi les premières tables) à être récompensés de leur trouvaille par une COURONNE (OURSONNE, ne passait pas mais on pouvait aussi jouer BOURONNE, helvétisme signifiant se consumer lentement, couver sous la cendre). Franck, qui joue au tennis de table de La Couronne (ville voisine d’Angoulême) et Denise qui a enseigné (quelques années …) au collège de La Couronne ont mal digéré les 50 points de négatif !

Coup 16 : Bruno se reprend bien (lui aussi a loupé la couronne) en étant le seul à jouer ETHOS, caractère commun à un groupe ethnique. J’apprendrai, en fin de partie, que le sous-top (- 3) était un nouveau mot, ISME : idéologie en -isme, qui poussée à l’extrême, peut devenir une menace pour la liberté, définition de l’ODS7 … D’autres définitions, moins radicales, se contentent de « concept, le plus souvent idéologique, dont le nom se termine par le suffixe -isme. ». Heureusement, car les exemples donnés (hédonisme, nudisme, érotisme, …) ne semblent pas correspondre à la première définition, quoique ..

Fin de partie … peu enthousiasmante !

Jean, à – 6, fait le break dès le départ. Il possède une avance « confortable » sur Bruno (- 52) et Franck (- 60). Les « COURONNES » vont squatter les premières places : Claudine (7ème à – 68) s’en tire bien, malgré sa bulle et on signalera les grosses perfs de Joël Benoist (4B de Limoges), 3ème à – 57, de Marie-Claude Garcia (ex æquo avec bibi) et des 5A, Josiane Lathière, Danielle Mousnier et … Geneviève Hillairet, respectivement 6ème, 9ème et 11ème ! Mais où sont passées les Hiersacaises ? Denise (25ème à plus de 100 points du top) a dû avaler la fève avec la couronne. Colette et Jocelyne (respectivement 51ème et 55ème) avec 2 points d’écart sont bien à l’abri au milieu du peloton. Cécile progresse à la 66ème place et possède une cinquantaine de points d’avance sur sa copine Christine, mal partie ce matin-là ! Nicole termine parmi les 100 premiers (je n’en écrirai pas plus) et comme nous étions 101, ceci signifie qu’elle n’était pas dernière …

Cette fois, nous (Claudine et Franck) n’avons pas eu besoin d’aller chercher un sandwich dans un boui-boui de Périgueux car nous avons eu des plateaux-repas. Je doute qu’un seul convive ait eu faim après avoir tenté de finir les nombreux mets (délicieux mais copieux) qui nous étaient proposés. Ca fait du bien de voir qu’on nous écoute : cette idée est à reconduire les prochaines années !

La pause fut, comme d’hab’, l’occasion de bien rigoler : l’animatrice-maison (vous avez reconnu Cécile) nous a raconté quelques souvenirs. Imaginez la petite Cécile dans une ferme : oui, ce n’est pas bien difficile de deviner quelques bêtises mais la prochaine fois, faudra venir pour en connaître certaines !

Ce qui est génial dans ces repas, c’est à la fois le partage d’un bon moment mais aussi celui des desserts ou du café apportés par les unes ou les autres : merci à toutes !

Allez, il est l’heure d’attaquer la partie suivante, mais on a quand même le temps de tirer les portraits des Hiersacais … et de quelques intrus (Robby, Marie-Claude, Arlette, Momo, Jacqueline, Martine …)

Partie 2 – tirée par Lionel Filet – 20 coups – top : 1107

Cette partie comportera 9 scrabbles et permettra à Christine et Franck de remonter

Coup 1 : « YGNEODA » est affiché au tableau et soudain, Jean, annonce honnêtement que la solution (DENOYA) venait d’être affichée sur l’écran. J’aurais préféré que cette blague arrive sur le coup de COURONNE … Au moins, le tirage suivant a été un joli cadeau car avec « AAIUR?S », il est difficile de ne pas scrabbler. ASSURAI est posé en H2 pour sa rallonge en une lettre, mais on aurait pu le poser en H3 pour les rallonges REASSURAI et COASSURAI.

Coup 3 : Denise qui n’avait pas osé jouer BLINQUE, l’année passée au premier coup de la dernière partie du Festival, loupe … BLINQUAT (helvétisme déjà défini l’année dernière). Si vous ne connaissez pas la signification, vous ne brillez pas par votre mémoire : demandez à Colette si elle daigne vous répondre 🙂 ou retrouvez la réponse dans la phrase ! On ne perd que 4 points si on joue BUQUANT, en quadruple.

Coup 4 : Claudine voit son voisin, Robby-la-gâchette, se précipiter sur son bulletin. Elle perd 38 points, en voyant, bulletin levé, le top HAUTAINE.

Coup 5 : DURETES est plus facile à construire que REDUTES (du verbe REDEVOIR).

Coup 7 : Si on place mal ENVIAIT ou VEINAIT, on perd 8 points. Le plus joli scrabble, en appui, était NATIVITE, qui perdait 9 points.

Coup 8 : Dilemme, faut-il assurer PONDRIEZ ou tenter de gagner 18 points, en jouant POINDREZ (le verbe POINDRE n’est-il pas défectif ?). Franck, alors au top, se dit qu’il faut oser … cette fois, avec succès !

Coup 9 : Lionel pose FILE et dit « à une lettre près … ». On n’a jamais prolongé FILE en FILET, ni en FILETAGE ou en FILEYEUR (bateau équipé pour la pêche au Lionel filet ), d’ailleurs.

Coup 12 : On pose ESTRIOL pour la rallonge en une lettre mais les autres anagrammes passaient pour le même tarif. TOLIERS et ORTEILS sont connus (le 2ème est difficile à former) mais on pouvait aussi jouer ROLISTE (amateur de jeux de rôle) et LOTIERS (plantes fourragères).

Coup 13 : Denise construit ECOTERA et ne voit pas le B qui lui … tendait, tendrement, les bras ! ROTACEE (en forme de roue) ne perdait que 2 points !

Coup 14 : La sortie du second joker fait reculer Bruno. HUMERONS (ou HUMERONT) n’est pas si simple à voir que cela.

Coup 16 : JAB gagne un point méritoire sur un BOL bien visible !

Coup 18 : Franck se frotte les mains car le Y est sorti avec O et S donc, on peut jouer YOLES, préparé auparavant. Je peux préparer le coup suivant, avec les lettres restantes ! Il ne faut jamais relâcher la pression au scrabble. Les grands joueurs (pas moi) disent : « quand tu crois avoir le top, cherche encore ». Vous avez compris : je perds le top (et mon seul coup de la partie) car je n’ai pas cherché plus (MYOMES, tumeurs bénignes du tissu musculaire, gagnait 6 points)

Coup 19 : Arlette (pas la peine de donner son nom de famille) perd 2 points, en se refusant le O devant ESTRIOL. Tant mieux, sinon elle aurait gagné la partie !

Coup 20 : Mon voisin, Joël (peut-être un insoumis), perd 3 points en jouant FI au lieu de … IF !

Franck, gagne la partie à – 6, 1 point devant Arlette, remontée comme un coucou après une première partie pas franchement réussie. Ces 2 joueurs ont creusé un petit écart sur le peloton emmené par Martine Trémeau (4A de Vichy). Parmi les Hiersacaises, on notera que Claudine se maintient bien (9ème à – 48, dont 38 points sur HAUTAINE) mais la plus belle perf est à mettre à l’actif de Christine (28ème à – 94), qui talonne Denise (qui n’a que 2 petits points de plus). Jocelyne (58ème) continue de viser la moitié, tandis que le duo Colette-Cécile (un point d’écart) a souffert avec la multitude de scrabbles. Nicole (92ème) a laissé plus de joueurs, que lors de la première partie, derrière elle.

Au cumul, Jean reste toujours en tête mais il ne possède plus que 22 points d’avance sur Franck. On signalera la belle 3ème place (provisoire) de Marie-Claude Garcia qui a tenu la pression, sur une partie truffée de scrabbles.

La dernière manche sera décisive à tous les niveaux tellement les écarts sont faibles.

Partie 3 – tirée par Marie-Odile Panau – 21 coups – top : 893

Disons-le tout de go : Marie-Odile (madame la Présidente) va tirer une partie truffée de chausse-trappes, qui réussira à celles qui n’ont pas pris de bulles, mais qui ne contentera ni son mari, ni bibi !

Coup 1 : Colette est contente d’avoir joué le top GALEUSE (il y avait aussi GAULEES)

Coup 2 : Jean (comme Claudine et bien d’autres) se refuse PRIVAUTE et joue le sous-top VITUPERA. Les 26 points d’écart permettent à Franck de passer devant (pour 4 points). Il y avait ERUPTIVE, aussi mais pas « purative », joué par Joël !

Coup 3 : Franck, qui a entendu Jean dire (« qu’est-ce qu’elle m’énerve », en parlant de sa femme 😉 ) sent que Jean n’a pas osé jouer PRIVAUTE, mais il faut se méfier avec ce bluffeur. Je suis quasi sûr de GRENELAS mais j’assure RENALES pour 3 points de moins (Jean revient à un petit point). L’autre iso-top était GLENERAS (GLENER, lover un cordage).

Coup 7 : KHOL me fait perdre 11 points (sous-top : KILO). Jean repasse devant, avec 10 points d’avance.

Coup 9 : Jean a hésité mais a choisi de ne pas jouer « époix », mélange de POIX et d’EPOI !

Coup 11 : Gros stress avec le tirages « OLERONS » mais LARES est le top (solo de l’ordi, je crois … ou d’un joueur dont j’ai oublié le nom, désolé)

Coup 12 : On tire « TOBOGAN ». Encore une fois, grosse interrogation ? Faut-il oser « tobogan» avec un G (pour 99 points !) ou assurer une vingtaine de points. Allez, je plonge ! En fait, je glisse avec Cécile, Martine et d’autres kamikazes. Cette fois, Jean possède une trentaine de points d’avance !

Coup 13 : Au tour de Claudine de s’interroger sur un autre tirage bien stressant. Avec GOUTANT en mains, faut-il se contenter de 28 points ? Clo-Clo répond par la négative en flambant « égoutant » … et goûte une belle bulle !

Coup 16 : ECO, en collante au-dessus de SEPTUM et formant OPONCE (= OPUNTIA, plante grasse) est sélectif.

Jean (qui ne connaissait pas OPONCE) perd 7 points, en jouant le sous-top CANOPEE. Allez, plus qu’une vingtaine de points à grappiller.

Coup 17 : Le premier joker va provoquer de nombreuses chutes (Claudine, par exemple). Les 4 scrabbles n’étaient pas donnés. Le plus joué a été LANDAISE (sur un L, joker S) mais il y avait aussi AUDIENCA (sur un U, joker C), ARANEIDE (= araignée, sur un E, joker R) et sur un A, le top AMANDAIE (lieu planté d’amandiers), solo de l’ordi !

Coup 19 : JUGIEZ me paraît simple mais à la réaction de Jean, je comprends qu’il a joué le sous-sous-top ZIGS (- 9). Il n’a plus qu’une douzaine de points d’avance, le zig !

Coup 20 : Le 2ème joker n’est pas évident à négocier car il n’y a plus beaucoup de places pour scrabbler. Le top est un helvétisme (je ne crois pas que Colette l’ait joué) : les VIROLETS sont des petits virages. C’est 1 point de plus que VIRTUELS, placé verticalement ! Jean place VIRTUELS, horizontalement et perd 5 points de plus. Il n’y a plus que 7 points d’écart.

Coup 21 : Il ne reste plus qu’une voyelle … avec le Q ! Hélas, MAQAM (mode musical arabe, pas vu par Jean) est battu par FAIM … qui signe la fin de la partie et donc des haricots (Claudine est en train d’en semer) pour Franck !

La partie a été sélective … pour les premières tables car cette partie est gagnée à – 27 … par Marie-Françoise Français (qui a fait un beau week-end), 9 points devant Denise, qui sauve sa journée sur cette partie (elle reviendra à sa place de départ) et 15 points devant Franck, victime du KHOL (aucun regret pour le choix de « tobogan »). Jocelyne montre, enfin, son niveau réel en quittant le « gruppetto » pour terminer en boulet de canon (13ème à – 104) et Christine continue sa progression, en terminant 42ème de la partie. Nicole, Colette et Cécile s’écroulent en terminant la partie … ce qui n’est déjà pas si mal 😉 !

Au final, Jean, sans avoir bien joué la dernière partie (7ème sans prendre de bulle !) mais en n’ayant pris aucun risque (c’est pas dans ses habitudes !) s’impose pour la deuxième fois ce week-end. Franck a plutôt bien joué après avoir loupé la COURONNE et est content de sa fin de journée. Denise (8ème) et Claudine (9ème) terminent dans un mouchoir de poche (4 points d’écart) : malgré des parcours différents, elles finissent dans la première moitié de leur série, ce qui est satisfaisant. La plus belle perf de l’équipe est à mettre à l’actif de Jocelyne, qui termine 36ème, donc dans les PP4, bravo ! Christine termine à une vingtaine de points des PP4 (la partie matinale n’a pas aidé) ce qui est très bien, après le faux-départ ! Colette (84ème), Cécile (85ème) et Nicole (97ème) auront contribué à la bonne ambiance, qui a régné toute la journée, chacun son rôle !

Les 8 premiers ont disputé le Grand Prix : dans l’ordre, il s’agissait de Jean, puis les 3 SN2 (Franck, Bruno et Jean-François), puis Marie-Françoise, Monique Laurent (3A de Limoges), Marie-Claude (qui engrange 75 % de PP3 !) et Denise.

Ce GP, disputé sous les yeux de M. Cipierre, représentant de la mairie (déjà présent l’année passée), s’est déroulé en 2 temps … 3 mouvements. Après le premier scrabble au premier coup (INSULTE préféré à LUTINES et LUISENT), 6 joueurs sortent dès le deuxième coup. Avec le tirage « CWELIIY », on ne devait pas se contenter de SILY ou SYLI pour 26 points, mais il fallait pousser jusqu’à LYCIEN (de Lycie, en Asie Mineure). Il ne reste plus que Marie-Claude (elle ne restera pas 4ème série très longtemps) et … bibi !

Au coup suivant, Franck construit VIROIDE mais comme VIROCIDE existe, je joue … CROW. Le top est … VIROIDE, agent pathogène responsable d’affections nerveuses. Comme Marie-Claude a joué CROW, nous restons tous les 2. Au coup suivant, Marie-Claude voit trop tard WADS, qui bat WASP ! Je suis heureux de terminer mon année sur un GP gagné (celui-là ne m’aura pas DEGOUTE 🙂 )

Les vainqueurs par série et par catégorie (tous les résultats sont visibles ici) sont repartis avec une bouteille de vin et du « solide » pour accompagner.

Pour être précis, on peut voir (sur une photo) des joueuses qui n’ont pas gagné leur catégorie mais ces chanceuses « qui ne gagnent jamais au tirage au sort » (sic) ont fait mentir le proverbe !

 

Epilogue : J’ose espérer que ce compte rendu encore plus élogieux que celui de l’année passée, vous aura donné envie d’aller voir Lionel et son équipe pour la 3ème édition de ce beau Festival. Nous, en tout cas, on sera là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *