TH5 de la Rochelle (Episode 1)

Avec le démarrage du festival samedi matin, nous avons décidé, cette année, de partir, dormir à La Rochelle, vendredi soir pour ne pas avoir à partir dès potron-minet, samedi matin. Eh bien, nous avons bien fait. D’abord, parce qu’il nous a fallu un bon quart d’heure pour retrouver le chemin de la maison de Catherine dans cette mégalopole qu’est Saint-Saturnin. Remercions le sens de l’orientation de Denise qui était déjà allée chez Catherine mais qui a été incapable de nous guider là-bas. Heureusement, le téléphone portable est venu à notre secours pour nous remettre sur le bon chemin. D’ailleurs, quand on est passé devant la maison, Denise a dit : « ah ben, c’était là, je crois » ! Ensuite, Catherine à l’arrière de la voiture a expliqué à Denise certaines fonctions de son dictionnaire électronique, répondant au doux nom de « Franklin ». A l’avant, on pouvait entendre : « tu vois, le joker, c’est la case blanche » 🙂

Y’a encore du boulot car, quand j’ai demandé samedi à Denise si on pouvait prolonger HONTE en ARCHONTE, elle m’a répondu, après avoir consulté son appareil : « non, ce n’est pas bon ». J’en conclus que Franklin a du mal a trouver les benjamins (ce qui est surprenant …) ou que les ARCHONTES (dirigeants politiques, présents dans la plupart des cités grecques de la Grèce Antique) ne sont pas répertoriés dans l’ODS7 … électronique ! Enfin, il y a une dernière raison pour laquelle, nous avons bien fait de partir la veille : cette situation a permis à Denise d’entraîner, le soir, Catherine, qui a ruminé juste en se couchant les tirages RIPIENO+G, TAVELEE + G ou BALEARE + G … avant de trouver le sommeil, après avoir dégoté BRANTES + G !

Le lendemain matin, nous retrouvons, avec plaisir, Francis et tous les autres joueurs connus, notamment ceux qui avaient disputé les originales de la veille, parmi lesquels Cécile et Christine, dégoûtées par les parties truffées de mots du genre LOCKOUTES (en nonuple, pour plus de 300 points), LAUDANISEE (qui contient du LAUDANUM) ou autre FIREWIRE !

Il y avait environ 604 joueurs à La Rochelle et 911 en tout si on ajoute ceux de Fréjus et de Cosnes-Cours-sur-Loire. Après l’accueil chaleureux de Marie-Odile Panau puis l’arrivée tardive (mais hélas habituelle) de Nicolas Thomas, Sandrine ouvre les hostilités en tirant une partie, qui démarrait bien, mais qui va s’éterniser, à partir du 15ème coup.

Partie 1 – Sandrine Chambaud – 4 scrabbles – 23 coups – top : 1029

Coup 1 : On commence, en ayant HONTE mais c’est le top ! Il faut, évidemment, anticiper EHONTE(E,S), voire ARCHONTE (définition donnée ci-dessus).

Coup 2 : Catherine et Cécile sont cueillies à froid sur un tirage, qui donnait quelques scrabbles. Il fallait oser GOMMANTS (joué par Christine, Denise et Claudine).

Francis flambe GAMMONS (+ 7 sur GOMMANTS), qui n’est pas le verbe « gammer » mais le pluriel de GAMMON, partie double au BACKGAMMON. Franck, après avoir hésité sur NOMMAGES (désignations des adresses de sites internet) est bien content de voir le top ENGOMMAS (couvris de gomme).

Coup 3 : La sortie du premier joker débouche sur de peu connues ROUBINES, terrains argileux ravinés par le ruissellement, qui gagnaient quelques points sur des BIROUTES (manches … à air désignant la direction du vent, comme définition possible) ou des mots formant EHONTES, comme EBLOUIR ou EBROUAI.

Coup 4 : Hélas (pour ceux qui ont vu ou heureusement pour les autres), pas de lettre d’appui pour jouer THEBAINE (de Thèbes) ou ENHERBAI

Coup 5 : Claudine et Franck jouent, sans trembler (ou presque 😉 ), CORDELES (tordus en forme de corde).

Coup 6 : Franck perd le top sur une collante, évidemment. Les VARS (unités de puissance réactive) sont pollués par le Z ! Mais, il se rattrape sur le coup suivant, en jouant d’affreux FRITZ sur RI (+5 sur OZONAT).

Coup 8 : Le deuxième joker donne de nombreux scrabbles à 76 points comme CAROTTAI, RACONTAT ou ACTERONT mais on perd 5 points si on ne voit pas la place de MARCOTTA (multiplia par marcottes, branches qui prennent racines)

Coup 9 : Claudine perd le plus de points sur ce coup, en ne voyant pas les lettres d’appui pour scrabbler (le N de EHONTE permettait de jouer EMPILANT ou IMPLANTE). Il faut avoir du vocabulaire pour gagner des points avec PALMITE (moelle du palmier) ou AMPELITE (schiste noir) et, un peu de réussite pour trouver le top, PALOTIEZ (remuiez la terre), en quadruple.

Coup 10 : Franck est bien content de trouver NEUME en collante et se dit que ce mot n’est pas valable. On joue … NEUME, signe de notation musicale (+ 1, sur PEU) : no comment !

Coup 14 : Sur un coup anodin, Franck perd la moitié de ses points, en se rendant compte entre les 2 sonneries que son raccord est faux. Il joue un mot de 3 lettres et perd une dizaine de points sur EDITAS, pourtant préparé ! Grrr !!!

Coup 15 : Ceux (ou celles …) qui se sont contenté(e)s de BIROUTES ont, certainement, vu la QUEUE de 60 … points.

Coups 16 à 23 : Si on repère la place du JESE (= JEZE, jésuite), on peut finir la partie au top, avec GLU à l’avant-dernier coup, gagnant 1 point sur un VAGIN, difficile à dégoter, puis en terminant par un BIT (oui, au masculin, ça suffit comme ça !)

A la Rochelle, il y a 3 joueurs au top : Samson Tessier, Guy Delore et Marc Bruyère. Les Hiersacais ont bien joué, dans le sillage de Franck (13ème à – 26). Claudine et Denise se tiennent en 3 points autour de – 100 … et des places 70-80.

La grosse perf est à mettre à l’actif de Catherine qui a serré … le jeu (aussi !) après le loupé du coup 2 : à – 136, elle terminera 136ème (400 places gagnées !), chapeau pour ton « fighting spirit », comme disent les Anglais ! Christine (174ème ) n’est pas en reste avec 8 points de débours sur Catherine. Cécile et Francis (grands amateurs de bulles) sont un peu plus loin mais ont (un peu) progressé par rapport à leur place de départ.

Il est temps d’aller manger, sur le port, sous un ciel couvert, mais qui aura le mérite de nous laisser manger tranquillement … sans lâcher une seule larme, ce qui aurait gâché les rires des convives, parmi lesquels on pouvait retrouver la famille Gervais, les premiers coachs de Cécile et Christine.

Après ce sympathique repas, nous regagnons la salle pour attaquer le plat de résistance du tournoi … qui passera mal pour la majorité d’entre nous.

NB : PEIGNOIR, VEGETALE, AGREABLE et … GERBANTS !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *